Burn-out parental : comment l'éviter ?

Le burn-out parental, ou épuisement parental, toucherait 5 à 8% des parents, et majoritairement, les mères. Alors, qu’est-ce que l’épuisement parental ? Comment le détecter ? Et surtout, comment éviter le burn-out parental ?

Qu'est-ce que le burn-out parental ?

C’est la psychologue belge Isabelle Roskam qui a découvert l’existence d’un burn-out parental.

D’après ses recherches, le burn-out parental résulte d’un déséquilibre important et prolongé entre les ressources du parent et les facteurs de stress.

Comment détecter le burn-out parental ?

Le burn-out parental présente plusieurs facettes :

  • Épuisement physique et émotionnel
  • Distanciation affective d’avec les enfants
  • Saturation et perte de plaisir
  • Contraste : le parent ne se « reconnaît plus ».

« Moi, la plus grosse difficulté avec le burn-out, c’était de regarder qui je suis devenue. Le légume, la personne sans âme, sans rien quoi… J’étais négative sur moi, sur tout et donc regarder… me regarder dans le miroir, c’était… Non, je n’y arrivais pas. »

Témoignage de Véronique, issu du livre d’Isabelle Roskam

Comment éviter le burn-out parental ?

Diminuer les facteurs de stress

Dans son livre, Isabelle Roskam identifie plusieurs types de facteurs de stress :

  • Les facteurs liés à la transition vers la parentalité : augmentation de la charge mentale, diminution du temps disponible pour les loisirs ou pour le couple …
  • Les facteurs liés à la vulnérabilité de l’enfant : crainte qu’il tombe malade, qu’il ait un accident, qu’il décède, qu’il soit exclu ou harcelé à l’école …
  • Les facteurs liés à l’immaturité de l’enfant : penser à combler les besoins du bébé, aider l’enfant à gérer la frustration ou la colère, répéter 20 fois la même mise en garde …
  • Les facteurs liés à notre propre exigences en tant que parents : les inscrire à plusieurs activités extra-scolaires, leur cuisiner à manger bio et local, gagner suffisamment pour financer ses futures études, éduquer sans crier ni punir …
  • Les facteurs liés à une difficulté rencontrée avec l’enfant : troubles de l’apprentissage, maladie chronique, exclusion ou phobie scolaire …

Agir sur ces facteurs de stress (en particulier, ceux liés à nos propres exigences) permet de réduire les risques, et d’éviter le burn-out parental.

Développer les ressources

La psychologue souligne le rôle du co-parent (ou à défaut, de l’entourage et des proches) dans la prévention du burn-out parental.

  • L’accord sur les valeurs éducatives
  • La répartition des tâches
  • Le soutien.

Pour aller plus loin

  • En cas de doute, un test en ligne existe (qui ne remplace pas le diagnostic d’un professionnel de la santé mentale – psychologue ou psychiatre)
  • Je vous aide à trouver votre équilibre pour éviter l’épuisement grâce à monoffre d’accompagnement parental.

Source : 

Le burn-out parental : Comprendre, diagnostiquer et prendre en charge (2018) – Isabelle Roskam et Moïra Mikolajczak

Laisser un commentaire